KEY WEST

de Thomas AIGELSREITER
2002 / Betacam SP / n&b / sonore / 1E / 5' 00

Key West est situé à l'extrémité sud de la Floride et donc non loin de Key Largo, mais à la différence de Key Largo (John Huston, USA 1948), Key West n'a plus besoin de recourir aux gangsters pour faire apparaître l'image d'un paradis sur terre comme une illusion : avec
un recul d'à peine 50 ans, il suffit de reconnecter les images qui - chacune prise isolément - avaient jadis promis un regard plein d'espoir sur ce paradis : des images de décapotables sur des highways, de pin-up en bikini sur
la plage, de surfeurs sur les vagues. Une leçon de morale ? Peut-être.

Mais auparavant, une autre question s'impose : comment se fait-il que ces images parviennent encore à exercer une fascination dont la partie la plus éveillée de notre intellect s'était affranchie il y a belle lurette ? Pourquoi est-ce qu'au beau milieu des stratégies de distanciation (imbrication ou superposition des images, obstruction de la vue par le défilement des palmiers au premier plan, irruption de sons mécaniques dans les harmonies de la musique de genre), une image de la nostalgie se fait jour qui, mutilée, n'en est pas moins encore opérante ? Qu'est-ce qui, au juste, relie ces images de route, de baignade et de surf à la promesse de liberté ? Pour reprendre une réflexion de Walter Benjamin, le fait que cette promesse n'ait jamais été tenue. Voilà pourquoi ces images refont surface comme fragments dans un rêve qui - dans la mesure où sa réalisation se fait inlassablement attendre - relève à bien des égards du trauma1. En ce sens, Key West attire notre attention sur le lourd tribut qu'exige le rêve dès lors qu'il s'appuie sur des images. (Vrääth Öhner)Traduction: Françoise Guiguet 1 En allemand, rêve se ditTraum et s'apparente donc au mot trauma (Trauma).

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (PAL)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 22,00 €