PATHS OF G

de Dietmar OFFENHUBER
2006 / Betacam SP / couleur / sonore / 1E / 1' 30

Un long travelling arrière tourné au milieu d'une tranchée, dans le film sur la première guerre mondiale de Kubrick, Les Sentiers de la gloire, travelling qui suit le général en train de marcher le long d'un rang de soldats, en répétant toujours les mêmes questions : ces éléments visuels sont réduits à leur pure géométrie dans l'étude de Dietmar Offenhuber. On ne voit rien d'autre que différents amas de petits carrés, une ligne au sol, sur laquelle les photogrammes qui défilent sont dénombrés par cinquantaines, ainsi que le mouvement décrit par la caméra ; on peut toutefois entendre encore la bande sonore originale. Alors que nous disposons d'assez de données pour pouvoir identifier la séquence, nous sentons que l'élément le plus important de la scène manque, à savoir sa teneur physique, les corps des choses et des personnes. Mais dans le même temps, cette réduction rend mieux compte de la première guerre industrielle que l'histoire ait connue que ne l'ont fait les images du film de Kubrick.
Devenue abstraite, la tranchée exprime ce qui nécessairement lui manque : l'expérience. La machine de mort industrielle, en soi, déshumanise, désubstantialise les humains. Les corps des soldats sont réduits au rang de valeurs fonctionnelles, et la matière de la tranchée se dissipe pour devenir une matrice de points. Corps et points sont inspectés par le mécanisme de la caméra, le transport image par image. Seules les paroles demeurent semblables, mais elles n'en sont que plus stéréotypées : elles viennent seulement attester la scénographie.
Virilio, qui remarque fréquemment la collusion de la guerre contemporaine et du cinéma, n'aurait pas été capable de tirer quoique que ce soit de ce processus. C'est précisément la réduction consciente dans le film, les valeurs purement mécaniques et géométriques, qui sont capables de révéler la véritable violence de cette guerre. Imaginer une fiction n'est pas nécessaire ; réanimer la signification d'images déjà existantes suffit à retrouver le fait historique en tant que “techno-imagination” (Flusser). Le spectateur voit moins mais apprend plus. La nouvelle forme exprime un contenu qui compte également pour beaucoup dans la rhétorique de l'image. (Marc Ries)
Une variation sur Les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick. Un long travelling dans une tranchée, pendant la première guerre mondiale, est réduit à ses linéaments, à savoir le trajet décrit par la caméra et les structures géométriques de la scène. (D.O.)

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Betacam SP (PAL)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 18,00 €