décembre 2021 janvier 2022 février 2022 mars 2022 avril 2022 mai 2022 juin 2022
Atelier 105, en résidence / 3 novembre 2021

RAGTAG DE GIUSEPPE BOCCASSINI

RAGTAG est un collage chronologique à partir d'un large corpus d'images de l'ère classique du cinéma américain, que les critiques français des années 1950 appellèrent film noir. Ce projet de découpage couvre environ vingt ans, soit 310 films noirs, du début des années 1940 jusqu'à la fin des années 1950. Il comprend également quelques films noirs d'origine étrangère.

Le film noir s'inscrit dans la tradition de la littérature gothique, celle d'Herman Melville et d'Edgar Allan Poe. Plus tard, ce courant a montré des affinités avec la tradition du hard-boiled de Dashiell Hammett, de Raymond Chandler et de James M. Cain. Il se caractérise par un style visuel sombre, inspiré principalement par l'expressionnisme allemand qui est arrivé à Hollywood avec l'afflux d'émigrés allemands pendant la guerre.

Or, le film noir est essentiellement une façon de voir le monde, un point de vue sur la vie et l'existence humaine qui peut s'adapter à tous les genres. Il s'agit essentiellement d'un mélange de l'ingéniosité Yankee et de l'atmosphère de peur et de paranoïa de l'après-guerre, due à la mort de Dieu, à la perte de la sécurité insulaire et du sens. Il dépeint une inversion des valeurs traditionnelles et l'ambivalence morale correspondante, la Peur rouge et la menace nucléaire, la fascination pour le film criminel, le thriller, du suspense, le western, les films d'aventure et d'horreur, le mélodrame et la science-fiction. En travaillant avec cet héritage, RAGTAG utilise diverses techniques telles que le flicker et la répétition pour obtenir ce que l'on appelle le Verfremdungseffekt (effet de distanciation) commun à la tradition plus large du film expérimental du found footage. L'intention n'est pas d'utiliser ces images dans un contexte documentaire ni pour illustrer une narration fondée sur les preuves. Au contraire, en tant que portrait historique étendu de la psyché humaine du XIXe siècle et de son sombre paysage d'après-guerre, le film laisse le passé et l'avenir s'inscrire dans un geste du présent. Comme un acte de destruction et de recréation perpétuelles, une sorte d'ouroboros qui dévore sa propre queue et qui erre sur le seuil entre l'histoire et le désir, le visible et l'invisible, la lumière et l'ombre.

Giuseppe Boccassini est un cinéaste italien qui travaille principalement en Allemagne et en Italie. Il a étudié la théorie du cinéma à l'université de Bologne et la réalisation à la Nouvelle Université du Cinéma et de la Télévision au sein de Cinecittà à Rome. Son travail a été présenté dans plusieurs expositions et festivals internationaux, notamment au FID Marseille, au Festival international du film d'Édimbourg, au Festival international du film documentaire de Ji.hlava, au Festival du film de Turin, au FESTACURTAS BH (Brésil) et à Crossroads SF. Il est responsable de la programmation de Fracto Experimental Film Encounter qui a lieu chaque année à ACUD macht neu à Berlin.

PLUS D'INFORMATIONS

lieu Atelier 105
157 rue de Crimée
75019 Paris
France
tel +33 (0)1 46 59 01 53
email atelier105@lightcone.org