WATERCOLOR
Fall Creek

de Vincent GRENIER
2013 / Vidéo / couleur / sonore / 1E / 12' 37

"Ce qui était, ce qui est devenu, ce qui reste, ce qui est nouveau, ce qui est, ce qui est éclairé, réfléchi, caché, invisible ou inconnu, (...) un film qui s'efforce d'être beaucoup de choses.

"Ce film de Grenier peut faire penser au haïku, pour son minimalisme iconographique et sa dialectique du détail ordinaire et du métaphysique, aussi s'interpréter avec le texte théorique d'Eisenstein sur «la musique du paysage» que le cinéaste soviétique définit dans la peinture de paysage chinoise ou la séquence du port d'Odessa dans son film Le Cuirassé Potemkine. En effet, en filmant en plans rapprochés la surface d'un cours d'eau, Grenier a composé un film abstrait avec deux principes formels opposés : d'une part, le fluide, le liquide, de l'eau, et d'autre part, le rectiligne ou le quadrillé, le solide, des structures architecturales. S'opposent aussi les mouvements aléatoires du cours d'eau et l'immobilité des formes architecturales. Les deux principes formels s'interpénètrent, avec l'un ou l'autre dominant, ou un équilibre entre les deux : dans les réflexions des formes architecturales à la surface de l'eau, où le rectiligne architectural ondule légèrement dans les reflets, suivant les mouvements de l'eau et leurs variations. Ou des ridules, des cernes se forment à la surface de l'eau, par lesquels le géométrique, sous forme de lignes ou d'arcs de cercle, se manifeste dans le fluide." - Emilie Vergé - Media City Film Festival, 2014

2 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (HD)
cadre de projection 16/9 (simple écran)
vitesse de projection 29,976 ips
son son
prix de location 42,00 €

format de distribution DCP sur serveur (SMPTE 2K)
cadre de projection 16/9 (simple écran)
vitesse de projection 30 ips
son son
prix de location 42,00 €