THE SHADOW OF UTOPIA
Im Schatten der Utopie

de Antoinette ZWIRCHMAYR
2017 / 35mm / couleur / sonore / 1E / 24' 00

The Shadow of Utopia' est le dernier volet d'une trilogie de la cinéaste Antoinette Zwirchmayr, où ce sont les souvenirs de trois générations de femmes qui forment la colonne vertébrale du récit. Il est question de pères, du Brésil, de corps et de sensualité... Chaque pièce du puzzle qui se raconte ici trouve sa correspondance dans une image stylisée. Parfois c'est un dialogue, d'autres fois le son vient après les images... Le plus souvent, c'est un fossé qui, en s'élargissant, rend possible le regard sur le passé. En même temps qu'elles se trouvent entre elles, les pièces du puzzle sont rassemblées par la cinéaste, et par nous spectateurs. Tout ce qui pourrait prendre un caractère naturaliste, transparent, ou une charge émotive, est déplacé. Et si ce qu'on entend s'articule quelquefois aux images, en réalité le déroulement sonore est autonome.
Quant aux pères, finalement, ils ne prennent guère de place. Les femmes sont seules. Elles se tiennent là au bord de l'océan, parmi les rugissements du vent. Ici où rien n'est pareil à chez soi.
Dans 'Herrenpartie', de Wolfgang Staudte (1964), les femmes sans homme se rassemblent aussi en un groupe dressé contre le passé. Dans le film de Staudte, elles portent le noir du deuil. Fortes, elles sont des perles dans le désert. Chez Zwirchmayr, le noir devient de l'or. Les robes sont gonflées par le vent. Les souvenirs volent, certaines femmes parviennent à les saisir : jusqu'où sont-ils vrais ? pour qui ? Le vent continue de rugir.
"Cette troisième partie n'est pas un film sur moi, mais plutôt sur mon expérience de petite fille brésilienne, dans le rapport à la sexualité, à l'érotisme et aux fantasmes. Sur ce lieu où tout valait mieux que ce qui nous entoure maintenant", dit Antoinette Zwirchmayr. Elle fait partie de ces grands cinéastes indépendants de sa génération, qui donnent une forme à la mémoire cinématographique, et laissent la sienne au corps de la femme. Partout la sensualité, le désir, sont palpables.
Maike Mia Höhne

3 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution DCP sur disque dur (INTEROP 2K)
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
prix de location 60,00 €

format de distribution DCP sur disque dur (INTEROP 2K)
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
traduction anglais (Voix Over)
prix de location 60,00 €

format de distribution 35mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son optique
langue originale allemand
traduction anglais
prix de location 72,00 €