AMOROSO

de Yann BEAUVAIS
1983-1986 / couleur / silencieux / 1E / 14' 00

«Le nombre limité de bobines dont yann beauvais disposait pour ce film, certaines en noir et blanc, d'autres en couleurs, a vraisemblablement déterminé sa structure presque sans montage, dans laquelle les plans filmés en lumière du jour et gardés en mémoire, s'engendrent les uns les autres. Le film débute en sépia - une couleur dominante des pierres et des représentations de la Rome antique et baroque - obtenue par tirage sur pellicule couleur d'un négatif noir et blanc. En hommage à Eaux d'artifice (1953) de Kenneth Anger, tourné dans les jardins de la Villa d'Este à Tivoli, ces premiers plans sont des variations autour de l'eau jaillissant des fontaines, de la pierre et des végétaux, entre lesquelles s'intercale l'image fugitive d'un visage. Le parcours dans la ville se poursuit en couleurs à travers un foisonnement de plans, qu'il serait vain de tenter de tous identifier tant ils sont là pour étourdir nos sens. Si, dans certains cas, l'impression de mouvement est due à de véritables mouvements de caméra sur des façades renaissances et baroques, sur les Anges du Bernin du Pont Saint-Ange ou les espaces dénudés du forum romain par exemple, la plupart du temps ce sont les variations de rythme dans la succession de plans fixes qui créent des effets d'accélération ou au contraire de ralentissement dans le défilement des images. Au rythme habituel des 24 images/seconde - tout à la fois générateur de la fluidité de mouvement dans le défilement des images mais aussi métaphore de la mécanique d'un temps «objectif« qui ne cesse de couler, répétitif sans tout à fait être le même - yann beauvais a préféré un défilement de 18 images/seconde, plus saccadé, intercalé d'apparitions/disparitions instantanées d'images (évoquant les «flickers» de Paul Sharits). Il crée ainsi des plages de respiration ou au contraire d'accélération, à l'instar d'une déambulation libre et personnelle à travers la ville. Loin des images clichés de la Rome touristique, AMOROSO évoque plutôt la magie du cinéma muet du début du siècle (auquel rendent hommage certains plans ressérrés en forme d'iris) quand les images renvoyaient non au monde des images mais à celui de la perception.» Muriel Caron.

2 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 18 ips
son silencieux
prix de location 50,00 €

format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 18 ips
son silencieux
prix de location 50,00 €