HOMMAGE AN LUDWIG VAN BEETHOVEN

de Klaus WYBORNY
1979-2010 / couleur / sonore / 1E / 73' 00

Le film commence par une visualisation de la Sonate no 32 en do mineur, op. 111, de Beethoven, et Wyborny a failli rater d'un cheveu le premier mouvement . Oui, le « feu sauvage et nu » (Kaiser) de cette dernière musique de tempête de Beethoven l'a presque mis en pièces. Celui qui, lorsque l'agressif Allegro explose (après que la sonate eut commencé à s'étaler avec une adresse expressément « fausse » dans l'ancien rythme d'ouverture français), s'implique dans chaque pause et chaque extrême ; celui qui veut absolument travailler ces pôles dialectiques de tension dans les plus fines gradations agogiques, pour modeler les contrastes du tempo de façon angulaire, sera mis en pièces. Wyborny s'en est tiré de l'abîme, Beethoven aurait fait la même chose en cas d'urgence, improvisant de son propre chef. Beaucoup de spectateurs n'ont probablement pas remarqué le drame. D'autres l'ont remarqué, ont été choqués, se sont ressaisis, ont inspiré - et ont ensuite été submergés par la solution ingénieuse.
Dans le deuxième mouvement, le lent, le miracle de l'Arietta doit avoir lieu. C'est encore plus difficile à jouer que le premier. Comme une comptine, ce simple chant coulait des doigts de Wyborny et coulait à travers ses tableaux. Très lumineux, très léger. Pas trop lentement, pas trop vite, pas de secret, pas de murmure. Juste une chanson comme ça. Atterrir dans le temps et se condenser de variation en variation, sans perdre le regard de l'enfant ni être surpris par ce calme séculaire de tortue.
On a déjà beaucoup écrit sur cette mélodie et ses aberrations surnaturelles, son swing, sa sonnerie d'acouphène, son arrêt et sa volonté de non-fin, par Thomas Mann, par Igor Stravinsky et Milan Kundera, et tout cela de façon absolument exacte, vraie et ainsi de suite. Et pourtant, il faut tout oublier au moment où la musique nous dépasse à nouveau. Une vingtaine de minutes environ, puis ça s'arrête de nouveau brillamment et légèrement, le pianiste trempé, nous tous en larmes.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (PAL)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 215,00 €