RALFS FARBEN
RALF'S COLORS

de Lukas MARXT
2019 / 2K / couleur / sonore / 1E / 74' 00

« Nous ne pouvons pas utiliser la même lumière, nous devons utiliser des touches entièrement nouvelles avec une lumière entièrement nouvelle et même celles-ci peuvent être trouvées dans une certaine mesure », dit Ralf à un moment donné. Les paroles de cet homme schizophrène accompagnent une grande partie de son portrait expérimental par Lukas Marxt, superposé sur des images de l'île de Lanzarote, où le protagoniste vit en réclusion. Le paysage et le cinéma forment ici un amalgame, étant à la fois des espaces intérieurs de pensées et de sentiments, et des images projetées d'un extérieur. La pensée du personnage principal du film ne suit pas des lignes droites, mais des cercles, des spirales et des bandes de Möbius qui façonnent la structure globale du film : le spectateur se perd dans cet espace, dans le temps, dans les distances, cherchant en vain une position au sens physique réel, la trouvant au contraire (et comme résultat de cette incertitude) dans une attitude, une formation spécifique de pensée qui, paradoxalement, est en mouvement permanent dans une « succession de situations qui changent » (Deleuze).

Stase en mouvement, continue mais figée, une peinture dans le temps, Rousseau et Tarkovsky, une pensée qui prend forme dans le processus de la pensée. Documentaire ? Science-fiction ? Prise de tête ? Il est extrêmement difficile de décrire ce que l'on voit et entend, parce que la réalité devant la caméra pourrait aussi être un avenir entièrement imaginé, ou des images d'une époque antérieure au cinéma. Dans ce film, le langage, l'écriture, l'image et la musique sont à la fois sous-estimés et exubérants, vides et trop pleins pour générer du sens au sens conventionnel du terme. Comme endormis, mais plus éveillés que jamais, nous regardons le monde, celui de Ralf, dans lequel les enfants sont "construits" et les vies "écrites", une "demi-fantaisie" et une "nouvelle vie" où le temps est "recalculé", comme dans un film. Une folie cinématographique et un portrait précis d'un être humain, dansant au vent de Lanzarote, dans la nuit, dans le scintillement stroboscopique d'un réverbère, sous une lumière totalement nouvelle.

- Alejandro Bachmann


post-production : ATELIER 105

4 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur clé USB (2K)
cadre de projection 2,35 - Scope (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
traduction anglais (Sous-titrage)
prix de location 218,00 €

format de distribution Fichier sur clé USB (2K)
cadre de projection 2,35 - Scope (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
traduction allemand (Sous-titrage)
prix de location 218,00 €

format de distribution DCP sur clé USB (SMPTE 2K)
cadre de projection 2,35 - Scope (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
traduction anglais (Sous-titrage)
prix de location 218,00 €

format de distribution DCP sur clé USB (SMPTE 2K)
cadre de projection 2,35 - Scope (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
langue originale allemand
traduction allemand (Sous-titrage)
prix de location 218,00 €