OMBRE BLANCHE DE L'HOMME QUI MARCHE

de Jean-Michel BOUHOURS
2019 / Vidéo / couleur / sonore / 1E / 1' 50

Dans L’étrange histoire de Peter Schlemihl écrit en 1813 par Adelbert von Chamisso, par nécessité d’argent, le héros décide de vendre son ombre au diable ; cette ombre ne lui sert à rien ; autant avoir l’argent. Mais sa vie d’un être sans ombre devient vite insupportable ; il est stigmatisé comme un être à part et est la risée de tous ceux qu’il croise. Etrange histoire d’un être devenu étrange. Alors il décide de la racheter mais pour cela devra vendre son âme au diable.
L’ombre (noire) est un double qui ne quitte jamais l’Etre. L’ombre blanche, négative de la précédente, est obtenue au moyen d’une plaque de porcelaine aux motifs en bas-relief et éclairée par l’arrière. L’expression « Ombre blanche » grâce sa puissance poétique devint le titre d’un film de Flaherty, puis le nom d’une librairie, qui fit tant florès qu’en consultant google aujourd’hui je n’ai pu retrouver l’origine du mot.
Dans ce court film en forme d’autoportrait spectral, L’homme qui marche renvoie aux silhouettes d’Alberto Giacometti.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (HD)
cadre de projection 16/9 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 20,00 €