BLACKOUT

de Martin ARNOLD
2024 / couleur / sonore / 1E / 7' 50

"Fluids“
"In Tinseltown“
"Background Check”

Le terme "Blackout" vient à l'origine du monde du théâtre et désigne une brusque extinction des projecteurs, utilisée comme effet dramaturgique pour souligner une chute ou simplement pour faciliter l'agencement d'une scène ou le changement de décor. Il n'est donc pas surprenant qu'il ait été adapté par la suite aux espaces des "Lichtspiele" (en allemand, synonyme de cinéma).

Que signifie une disparition de l'arrière-plan ? Que signifie l'effacement de l'arrière-plan par rapport à la sélection libre du premier plan ? L'arrière-plan est-il complètement effacé ou reste-t-il toujours des traces que l'on peut au moins deviner ?

Dans mes trous de mémoire, on peut encore voir des chats s'agiter, des souris cracher et Marilyn regarder le ciel étoilé. En anglais, nous parlons d'événements qui occupent de l'espace ("take place"), mais que se passe-t-il lorsque l'espace n'est pas un lieu, pour ainsi dire, mais un espace vide ? Un trou noir.
"Fluids" fait écho à des éléments de l'iconographie chrétienne ; "In Tinseltown" est un compliment au mouvement MeToo ; et "Background Check" me rappelle les compétitions sportives juvéniles. (Martin Arnold)

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (FHD)
cadre de projection 16/9 (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son
prix de location 40,00 €