KUZU
JUNK

de Takahiko IIMURA
1962 / 8mm / n&b / sonore / 1E / 10' 00

La plage de la baie de Tokyo servait de dépotoir pour tous les rejets humains, animaux et industriels de la ville quand j'ai tourné KUZU au débuts des années soixante - aujourd'hui ce n'est plus le cas. Ce qui m'intéressait, c'était la façon dont mon travail pourrait redonner vie aux déchets et aux cadavres d'animaux, ce qui peut sembler irréel, alors que les objets sont réels. L'idée coïncide avec l'art néo-dadaïste, dans lequel des déchets sont assemblés et incorporés à l'oeuvre d'art. Mais d'un point de vue contemporain, le film fait assurément preuve d'un souci d'écologie et peut être considéré comme une tentative précoce de traiter le problème de la destruction de l'environnement. «Le premier film que produit IImura en 1962 est tourné parmi les déchets et détritus qui peuplent la baie de Tokyo. KUZU est à la fois une «lacération de la forme du cinéma familial» et une célébration de l'obuje (objet), un mot clef de l'époque. Iimura filme des cadavres d'objets quotidiens et d'animaux, chats, chiens ou oiseaux sans tête. Alors que des bateaux flottent tranquillement au loin et que des enfants courent sur la plage, toutes sortes de larves et d'insectes vont de vieux tamis en vieilles bouteilles sous la «pluie» des rayures qui encombrent la pellicule originale, car celle-ci a subi de nombreuses projections. La réalisation de la musique est confiée à Takehisa Kosugi.»
Christophe Charles.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son optique
prix de location 41,00 €