SHIBUYA

de Yann BEAUVAIS
2003-2004 / Mini DV / couleur / sonore / 1E / 7' 42




Est - il possible aujourd'hui encore de filmer un lieu archi-connu?
C'est la question qui hante ce travail, cette version d'une installation en devenir.
L'un des passages obligés d'une foule de gens à Tokyo, lieux de transit par excellence. On sort de la gare, on prend le métro. Espace de consommation et de déambulation, espèce d'espace ou l'image de soi est renvoyée aux flux des images. Nous sommes en mai 2003, à l'occasion d'un séjour au Japon. Ce jour-là, je montre à Matthias Müller un endroit à partir duquel il est possible de filmer ce carrefour de Shibuya. Nous allons au dixième étage d'un grand magasin, sur une terrasse aménagée avec un mini terrain de foot. En cette fin d'après-midi, des adolescents jouent, dans notre dos alors que nous nous décidons à filmer. En se perchant sur des grillages, il est possible d'apercevoir le carrefour en bas et de le filmer acrobatiquement.
Ce qui attire le regard ici n'est pas tant le nombre de personnages qui attendent avant de traverser le carrefour dans tous sens que les images qui s'étagent dans l'espace de ce carrefour, démultipliant les lignes de fuite, les aplats, les pauses et les tensions.
Il s'agit d'une suite de plans légèrement trafiqués, qui favorise l'errance du regard.
Repérer et suivre dans cet ensemble mouvant, privilégier du regard une trajectoire.
Casser la continuité par l'étirement et la rupture.
Une dérive pour l'oeil.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (PAL)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 40,00 €