DECONSTRUCTION SIGHT

de Dominic ANGERAME
1990 / n&b / sonore / 1E / 12' 00




«Un sourd coup de gong ouvre DECONSTRUCTION SIGHT. La première image est celle d'une petite lueur dans l'obscurité, un délicat clignotement qui augmente pour devenir la torche d'une soudeuse. Nous entrons dans le film de manière suggestive: «l'élévation de l'homme» est servie par la construction de structures et de cités, comme un montage des emblèmes de la civilisation. La fin du film déploie une série d'images déconcertantes - l'une proche d'un souvenir d'enfance inquiétant: un gratte-ciel menaçant dans la nuit, une rangée de fenêtres allumées comme une rangée de bouches béantes. Tandis que le brouillard et les nuages traversent le ciel dans un effet vertigineux, presque synesthétique, la bande-son de Kevin Barnard appose une plainte urgente au rythme d'un crescendo, lui-même en question, selon une ambiguïté philosophique non libérée. Une force centrifuge quasiment palpable semble noircir les derniers moments du film. Il s'agit d'une histoire sans narration, la sommation abstraite de ce qu'il advient lorsque les humains commencent à déplacer les choses et font autre chose, lorsqu'ils se fatiguent de ce qu'ils ont fait, le démolissent en utilisant des outils qu'ils ont conçus et recommencent à nouveau le processus. Ce que l'on construit, ce que l'on détruit, ce que l'on pense utile de faire avec les deux, comment nous réagissons à tout ce que nous appelons «condition humaine». Ce sont quelques-unes des idées que suggère Dominic Angerame dans Deconstruction Sight.» Barbara Jaspersen Voorhees.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son optique
prix de location 37,00 €