DAYBREAK EXPRESS

de D.A. PENNEBAKER
1953 / 16mm / couleur / sonore / 1E / 5' 00

Je voulais faire un film sur ce train sale, bruyant et ses passagers entassés qui soit beau, comme les toiles de John Sloan sur la ville de New York City et je voulais que ça aille avec un de mes disques de Duke Ellington, Daybreak Express.
Je ne savais pas grand-chose sur le montage de films, et en fait sur la manière de filmer, j’ai donc acheté des bobines Kodachrome au drugstore, et j’ai supposé que, comme elles duraient 3 minutes, en filmant avec précaution, je pourrais tout mettre sur une seule. Evidemment ça n’a pas marché puisque je ne pouvais pas démarrer et arrêter ma camera manuelle si facilement, par conséquent j’ai utilisé les deux bobines et même quelques autres avant d’avoir terminé. Le tournage a pris 3 jours ; les bobines sont ensuite restées dans un placard jusqu'à ce que je comprenne comment monter et faire une copie projetable.
J'ai amené le film à des cinémas parisiens pour voir s’ils acceptaient de le montrer. Par un hasard total, il s’est retrouvé avec la comédie d’Alec Guiness THE HORSE’S MOUTH programmé là pendant plus d’un an. Puisque j’avais une importante collection de disques de jazz, j’ai pensé que je pourrais percer dans le cinéma en faisant des films musicaux, et ça m’a lancé mais plus jamais je n’ai pu faire un film comme Daybreak.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son son optique
prix de location 51,00 €