EVERYDAY BAD DREAM

de Fred WORDEN
2006 / couleur / sonore / 1E / 6' 00

Comme ramasser les tessons d'un verre cassé sur un tapis un matin de gueule de bois. "Ce qui à une minute serait insondable et à soixante minutes une provocation stridente, est à 6 minutes toujours gnomique, mais est aussi riche et interpellant. Un arrêt sur image suggère le détail d’un tableau de Robert Motherwell ou de Kenneth Noland. Si vous pouvez lire entre les yeux, le mouvement donne à voir quelque chose de plus sculptural, une variation du travail de Oldenberg ou Koons. Un hommage tardif au pop art ou à la musique pop? Un hommage à Richie Valens ? À peine. Un certain charme étrange. Le mouvement et le son délimitent un territoire étrange où l'amusement même banal est une impasse. Comme des emballages délaissés lorsque les cadeaux ont été ouverts. Comme en cas de migraine ou suite à la prise d'un acide, nous sommes à la merci de nos récepteurs endommagés. Une mauvaise perception du ratio sonore. Des commentaires et des stimulis quotidiens, qui devraient être passagers, envahissent notre écran. Des choses qui devraient s’estomper jusqu'à en être oubliées deviennent insistantes et dominatrices, formant un bizarre Congee, un porridge chinois pour l'esprit. Peu importe la journée, ceci est un endroit d'une proximité trop commode qui devrait être évité. Un bunker. Un pépin. La dépression convexe d'une Épiphanie qui a échouée de par son amplitude. Quelqu'un n'a-t-il jamais essayé auparavant de représenter ceci à sa juste mesure pour le bien de l'art ? " - Mark McElhatten

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur (NTSC)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 30 ips
son son
prix de location 23,00 €