THE PARADE

de Jeff SCHER
2009 / couleur / sonore / 1E / 1' 13

Les rues de la ville sont un défilé ininterrompu de l'humanité. C'est une sorte de grandiose ballet non chorégraphié de la locomotion humaine. L'un des grands plaisirs et composantes du fait d'être urbain est de se perdre dans la foule, les pieds et l'esprit vagabondants, seul dans sa tête mais coude à coude avec une quantité inépuisable d'étrangers.

Eviter de croiser le regard de quelqu'un, l'une des convenances de la rue, nous permet de vaquer à nos occupations sans la distraction de l'interaction. A New York, la plupart des gens arborent leur 'visage pour la rue'. Il s'agit d'une sorte d'expression neutre avec une touche de 'faut pas me chercher'. Elle comporte une aura de 'ne pas déranger'. Mais la vérité est que tout le monde regarde tout le monde tout le temps. Cela se fait à la dérobée, détournant le regard quand on se fait prendre, souvent avec un bluff instinctif (comme dans 'Je ne vous regardais pas vous, mais cette poignée de porte très intéressante juste derrière vous').

Nous ne pouvons nous en empêcher. Nous sommes fascinés tant par les visages que par les corps. Chaque visage raconte une histoire et cette histoire est un mystère. Les indices abondent et nous les lisons instinctivement en un clin d'oeil. Nous nous répertorions les uns les autres comme clochards, hommes d'affaire, touristes, mannequins etc, presque inconsciemment. Mais que c'est amusant de regarder fixement les gens et de se délecter des visages qui passent, étudiant la garde-robe, l'origine ethnique, la posture, l'âge. En effet, c'est un plaisir, avec chaque variation possible de l'espèce qui défile. En marchant parmi eux, nous faisons alors nous aussi partie du paysage humain en constante évolution, et offrons notre propre version du mystère.

Marcher, c'est la vie dans sa forme la plus immédiate. La combinaison de gens et d'endroits change constamment et ne se répète jamais. Cela révèle notre petitesse face aux nombres purs, mais en même temps, cela est rassurant. C'est agréable d'être un des poissons de cette mer grouillante.

Ce film est une tentative de saisir la sensation de regarder les gens. Et regarder ici ne prête pas à conséquence, ils ne sont que les fantômes d'aquarelle clignotants de personnes observées fugitivement une après-midi d'été en centre ville. La bande originale de Shay Lynch ajoute du drame au mystère.

1 COPIE EN DISTRIBUTION


format de distribution Fichier sur serveur
cadre de projection 16/9 (simple écran)
vitesse de projection 25 ips
son son
prix de location 19,00 €