août 2018 septembre 2018 octobre 2018 novembre 2018 décembre 2018 janvier 2019
Atelier 105, en résidence / 11 juin 2015

MUES DE DANIEL NEHM

Mues est un film sur un terrain en transformation. Un terrain à la périphérie de la ville, mais au centre de quelque chose d’autre. Un espace délaissé pendant des années, ouvert, ample, non contrôlé, non cultivé. Un « interstice » urbain. Le film se focalise justement sur cet entre-deux, et sur des rencontres avec ceux qui parcourent ce terrain, qui le traversent, qui l’habitent même. À travers leur parole, leurs mots, leurs silences, leurs chants, leurs cris, leurs chuchotements, leur présence et leur absence (ils se trouvent dans cet entre-deux), ils partagent une expérience urbaine intime, fragile, une sorte de tentative d’ancrage éphémère, un essai de réappropriation de quelque chose qu’ils ont perdue, parfois d’une terre lointaine. C’est donc aussi un film sur un terrain intérieur, imaginaire, qui se transforme selon le regard et l’imagination de ceux qui s’y trouvent.
En contraste avec cette expérience intime, nous retrouvons une autre vision de la transformation : celle orchestrée par d’autres protagonistes, avec des intérêts différents. Le terrain « vague » mentionné ci-dessus est ainsi voué à la disparation par le projet de création d’un nouveau quartier. Des images de synthèse communiquent les éléments de ce futur quartier idéalisé. Elles dessinent un paysage « habitable », « cultivé ». La mise en scène, qui souligne la « qualité de vie » du quartier, présente ses futurs habitants, semi-transparents traversant cet espace comme des figures solitaires, fantomatiques.
Le film contraste et fait dialoguer ces différents récits, fragments d’histoires, mouvements et visions de la transformation d’un terrain. La forme même se trouve entre-les-deux : entre la voix et le silence, entre le grain de la pellicule et le pixel de l’image de synthèse, là où se dessine un interstice filmique. Ce dernier est à la fois un espace de rencontre et le point de départ d’une observation et d’un questionnement sur ce que peut être un espace urbain, et ce que peut signifier sa transformation.

---

Film expérimental, 16mm et images numériques, couleur, autoproduit, France, 2014, 35 Min.