avril 2020 mai 2020 juin 2020 septembre 2020 octobre 2020 avril 2021
Scratch Projection / 3 mars 2020

LE REGARD CAMÉRA RÉINVENTÉ

Empruntée au lexique du cinéma commercial, en particulier le cinéma de fiction, la locution « regard caméra » désigne le croisement du regard d'un personnage filmé avec l'axe optique de l'appareil de prises de vues. Le procédé est cependant beaucoup plus ancien puisque dès l'Antiquité on trouve de nombreux tableaux où le sujet représenté fixe du regard le spectateur pour l'interpeller ou pour, par exemple, témoigner de son autorité. Traditionnellement proscrit au cinéma, ce croisement, s'il est involontaire, est alors considéré comme une faute de jeu et on se doit de faire une nouvelle prise de ce plan.

Exploité volontairement par de nombreux cinéastes de fiction (Bergman, Kubrick, Godard, etc.) souvent pour produire un effet de distanciation, ce dispositif a été exploré à de nombreuses reprises par les cinéastes expérimentaux, non plus pour briser l'illusion diégétique ou prendre à témoin le spectateur, mais pour inventer un nouveau type de regard et créer des rapports inédits entre l'œuvre et le public. Il ne s'agit plus alors d'une règle qui sera brisée pendant un bref moment de rupture alors que le film va rapidement reprendre son cours narratif, mais plutôt d'un geste qui se situe au cœur de l'œuvre, comme chez Stephen Dwoskin, cinéaste du regard caméra par excellence, où l'adresse directe du sujet à l’objectif se retrouve dans nombre de ses films (pour signifier la peur, le désir, l'épuisement...). D'autres cinéastes questionnent l'aspect intrusif de la caméra à travers l'usage du regard volé (Arne Körner), comme chez Mike Hoolboom (regard fuyant) ou Georges Rey (regard animal) - des variations singulières qui poussent le dispositif à ses limites. Enfin, chez Gisèle Rapp-Meichler, le regard est multiplié et divergeant, en écho aux sonorités vertigineuses du poète Ghérasim Luca, alors que chez Björn Kämmerer, le spectateur est littéralement pris pour cible.

LE REGARD CAMÉRA RÉINVENTÉ

mardi 03 mars 2020 à 20h30



SCRAPBOOK
de Mike HOOLBOOM
2015 / DCP / n&b / sonore / 18' 00
TRIGGER
de Björn KÄMMERER
2014 / 35mm / couleur / silencieux / 2' 00
NE DOMINEZ PAS VOS PASSIONS
de Gisèle RAPP-MEICHLER
2019 / DCP / couleur / sonore / 6' 50
LA VACHE QUI RUMINE
de Georges REY
1969 / 16mm / n&b / silencieux / 3' 00
A7
de Arne KÖRNER
2010 / DCP / couleur / sonore / 3' 00
TRIXI
de Stephen DWOSKIN
1969 / 16mm / couleur / sonore / 30' 00

PLUS D'INFORMATIONS

lieu Luminor Hôtel de Ville
20 rue du Temple
75004 Paris
France
métro Hôtel de Ville (lignes 1 & 11) / Châtelet (lignes 1, 4, 7, 11 & 14) / Les Halles (RER A, B & D)
tel +33 (0)1 46 59 01 53
email lightcone@lightcone.org
lien en relation Evènement Facebook
tarifs plein tarif : 9.50 €
tarif réduit : 7.50 €
tarif CIP : 5.00 €
carte Luminor 5 entrées : 31.00 €
carte Luminor 10 entrées : 54.00 €
cartes acceptées : CIP, UGC Illimité, CinéPass, CICAE, CNC, Europa Cinéma, SACEM, Presse, carte permanente Luminor