CHRONOMA

de Jean-Michel BOUHOURS
1977 / couleur / silencieux / 1E / 23' 00




Chronoma a été conçu à la suite de Rythmes 76 : son mode de composition est toujours inspiré de l’écriture des processus répétifs à progression graduelle de la musique de Steve Reich.
Cette fois, c’est une séquence de photographies d'un mouvement autour d’un pylône électrique à haute tension dans le nord de Paris, prises avec un appareil photographique motorisé ( une proto-caméra de cinéma en fait) . L’image de départ est en soi un dessin de lignes s’entrecroisant pour former des angles.
La séquence recompose un maladroit mais volontaire effet d’image en mouvement, à la manière des chronophotographies de Etienne-Jules Marey.

Le dispositif cinéma recrée une image-mouvement presque fluide à partir des images photographiques , mais cette image-mouvement est « truffée » de plans couleurs sur fond noirs, des négatifs en quelque sorte de l’image photographique, qui perturbent, créent de violents effets de contrastes lumineux en rythmes rapides : le fameux effet flicker qu’expérimente les yeux fermés Brion Gysin avec Ian Sommerville au travers de la Dreammachine en 1962 mais radicalisé au cinéma depuis Gil J Wolman, Peter Kubelka ou encore Paul Sharits et dont devaient se protéger les personnes sujettes à des crises d’épilepsie (emballement neuronal). Dans le cas de Chronoma, il s’agit de greffer sur ce « flicker » une image en mouvement, de synthétiser le continu et le discontinu, le paisible et le violent dans le but de parvenir à une conscience accrue de phénomènes visuels.
JMB

2 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son silencieux
prix de location 85,00 €

format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son silencieux
prix de location 85,00 €