JEUX DES REFLETS ET DE LA VITESSE

de Henri CHOMETTE
1923-1925 / n&b / silencieux / 1E / 6' 00

Le cinéma ne se limite pas au mode représentatif. Il peut créer. Il a déjà créé une sorte de rythme (...). Grâce à ce rythme, le cinéma peut tirer de lui-même une puissance nouvelle qui, délaissant la logique des faits et la réalité des objets, engendre une suite de visions inconnues - inconcevable en dehors de l'union de l'objectif et de la pellicule. Cinéma intrinsèque, ou si vous voulez, cinéma pur, puisque séparé de tous les autres éléments, dramatiques ou documentaires - c'est ce que nous laissent pressentir certaines oeuvres.
«Jeux des reflets et de la vitesse démontrait cette assertion, en éliminant le décor et le personnage, et en se fiant aux reflets de lumière dans des cristaux pour créer des formes mouvantes dues au moins autant au hasard (hasard sollicité, provoqué, il va sans dire) qu'à la main de l'opérateur et du metteur en scène, ce dernier se réservant le choix final et la création d'un rythme au montage. Dans la seconde partie du film, Chomette utilisait la vitesse du métro et du bateau-mouche, des paysages paisibles, les uns et les autres dépouillés de réalité, arrachés au mode représentatif par l'accélération ou l'usage de négatifs.» Jacques Brunius.

3 COPIES EN DISTRIBUTION


format de distribution 16mm
cadre de projection 1,37 - Standard (simple écran)
vitesse de projection 18 ips
son silencieux
prix de location 27,00 €

format de distribution DCP sur serveur
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son silencieux
prix de location 27,00 €

format de distribution Fichier sur clé USB (HD)
cadre de projection 4/3 (simple écran)
vitesse de projection 24 ips
son silencieux
prix de location 27,00 €