août 2018 septembre 2018 octobre 2018 novembre 2018 décembre 2018 janvier 2019 février 2019
Scratch Projection / 20 novembre 2018

SPECTRE DE L’ANALYSE VISUELLE - CARTE BLANCHE À NICOLE BRENEZ

Désormais, la plupart des analyses de films s’effectuent en images et en sons, de « véritables » analyses, donc, si l’on reprend la terminologie de Jean-Luc Godard. Il s’agit moins d’un « tournant numérique » que d’un retour aux origines puisque, il y a tout juste 200 ans, à partir de 1818, au cours des recherches qui vont conduire à l’invention de la photographie, Nicéphore Niepce a commencé par héliographier des gravures : sur le chemin de l’analogie photochimique, on trouve donc d’abord des images d’images. En termes formels, un spectre d’une ampleur inédite s’est ouvert : il irait, à une extrémité, du sublime Amor d’Othello Vilgard (2013), étude de l’esthétique epsteinienne sans le moindre plan de de Jean Epstein ni la moindre ombre d’argumentation traditionnelle, jusqu’aux réflexions volontairement ultra-didactiques et tout aussi sublimes conduites par le Groupe Cinéthique, à commencer par l’indispensable et encore trop méconnu Quand on aime la vie, on va au cinéma (1975). Parmi les jalons les plus marquants dans l’histoire esthétique de l’analyse visuelle, outre les classiques de Buster Keaton, Dziga Vertov ou Michelangelo Antonioni / Brian De Palma, il faut mentionner : le séminal Rien que les heures d’Alberto Cavalcanti (1926), Chantal D., star de Maurice Lemaître (1968), Bande de cons ! de Roland Lethem (1970), Visual Studies: Origins of the Film d’Al RAZUTIS (1973-1984), Gradiva Esquisse 1 de Raymonde Carasco (1978), Déjà le sang de mai ensemençait novembre de René Vautier (1987), Cézanne de Jean-Marie Straub & Danièle Huillet (1989), Chic Point de Sharif Waked (2003), Transformers. The Premake de Kevin Lee (2014)... et bien sûr tous les films de Jean-Luc Godard, Guy Debord, Ken JACOBS, Angela Ricci-Lucchi & Yervant Gianikian, Harun Farocki, Peter TSCHERKASSKY. On peut placer au panthéon sans murs de ces études visuelles I Don't Think I Can See An Island de Christopher BECKS & Emmanuel LEFRANT et Maître Mathis de Gisèle RAPP-MEICHLER. Grâce au champ magnétique créé entre son titre et ses plans, le premier offre la plus belle définition qui soit des propriétés et pouvoirs figuratifs du cinéma analogique. Grâce à son point de vue documenté (au sens de Jean Vigo), le second élucide et déploie au plus large la dimension critique d’une œuvre, celle du mystérieux peintre Mathias Grünewald, avec la rigueur magique qui caractérise Gisèle RAPP-MEICHLER.
(Nicole Brenez)

SPECTRE DE L’ANALYSE VISUELLE

mardi 20 novembre 2018 à 20h30 - 6.80 € (tarif unique)



I DON'T THINK I CAN SEE AN ISLAND
de Christopher BECKS & Emmanuel LEFRANT
2016 / 35mm / couleur / sonore / 4' 10
MAÎTRE MATHIS
de Gisèle RAPP-MEICHLER
2008 / vidéo / couleur / sonore / 53' 00

PLUS D'INFORMATIONS

lieu Studio des Ursulines
10, rue des Ursulines
75005 Paris
France
email lightcone@lightcone.org